impôt location meublé

En savoir plus sur l’impôt sur la location meublée

Si vous songez à louer un bien immobilier, vous aurez le statut d’un commercial. Par conséquent, vous devez être en mesure de respecter des devoirs auprès de la fiscalité française. L’une des principales conditions est de prévoir les moyens nécessaires qui permettront aux futurs locataires de s’installer au plus vite. Il s’agira des lits et de couvertures pour dormir, d’équipement et d’ustensiles de cuisine, ainsi que d’une salle de bain et des toilettes. Cependant, il faut savoir qu’il y a deux types de loueurs : le meublé professionnel (LMP) et non professionnel (LMNP).

Le meublé professionnel et non professionnel

Le meublé professionnel est un loueur dont les recettes de location sont supérieures à la somme de 23000 € par an et dépassent les autres revenus du loueur (par exemple son salaire, ses gains non commerciaux, des terres agricoles s’il en possède). Le LMP présente de nombreux avantages au niveau de la fiscalité, dont :

  • Affectation des comptes : le LMP peut retenir un certain prix des recettes de location, pour diminuer les gains au négatif, et les transférer sur les revenus pendant six ans.
  • Plus-values : elles consistent à vous libérer des taxes lors d’une vente d’un bien immobilier s’il est loué pendant un minimum de cinq ans et si les recettes sont inférieures à 90.000 €.
  • L’IFI : le loueur du LMP a pour intérêt d’être propriétaire de sa location meublée, il évite donc l’impôt sur la fortune immobilière.

Concernant le meublé non professionnel, il a simplement pour définition quelqu’un qui n’a pas les caractéristiques d’un meublé professionnel et évidemment, il n’aura pas les privilèges du LMP. Comme nous venons de le voir ci-dessus. Vous pouvez également consulter ce site pour en savoir plus.

Quel que soit le type de loueurs LMP ou LMNP, ils seront soumis à l’un des régimes fiscaux que nous allons voir : le micro-Bic ou le réel.

Les régimes fiscaux

Dans le cas où l’ensemble des loyers avec les charges sont au dessous de 70.000 €, vous aurez recours au micro- Bic : micro qui signifie forfaitaire et Bic qui désigne les Bénéfices Industriels et Commerciaux. Ce dernier a la réputation d’être un régime simple et qui vous permet un abattement de 50 % sur la base imposable. Si vous possédez un bien immobilier à louer comme un hôtel étoilé, et que ce dernier est actif au tourisme, là c’est encore mieux, car l’abattement forfaitaire est de 71 %.

Pour ce qui est du régime réel, il concerne les recettes qui dépassent les 70.000 €, autrement-dit la déclaration se fait sur le loyer et les charges (les factures d’Internet, les réparations, les travaux) avec leurs réels montants. Vous pourrez ainsi vous aider avec la particularité des amortissements qui peuvent baisser les recettes de locations, ce qui entraînera une imposition moins importante.

Peu importe la décision que vous aurez prise, il ne faudra pas oublier de faire appel à un spécialiste dans le domaine des impôts pour plus de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.